Laurence Boccolini: Bonsoir et bienvenue à « Tele Drop », le seul jeu où vous dirigez une chaîne télé. Ce soir, nous recevons deux nouveaux candidats: Vincent et Gérald-Brice. Bonsoir les garçons.

Vincent et Gérald-Brice (en choeur): Bonsoir Laurence.

Laurence Boccolini: Vous avez décidé de jouer avec Canal Plus. Pourquoi cette chaîne?

Vincent: C’est un défi personnel: j’ai envie de montrer que ce que j’ai réussi à Direct 8, je peux le faire à Canal Plus.

Laurence Boccolini: Très bien. Vous connaissez le jeu, vous débutez avec un pactole de 2 millions de téléspectateurs et vous devez répondre à 5 questions. Si vous faites les bons choix, vous gardez vos téléspectateurs. Sinon, c’est la chute d’audience. Vous êtes prêts ?

Vincent: J’ai déjà dirigé une chaîne sur la TNT, ça va être un jeu d’enfant pour moi.

Laurence Boccolini: Très bien Vincent. Alors, on commence avec la première question. Vous avez le choix entre deux thèmes. Sport ou voyage.

Gérald-Brice: Sport ou voyage… Le sport, ça nous connaît. On diffusait le championnat de foot féminin avec Alexandre Delpérier et Jézabel sur Direct 8.

Vincent: On avait même Noel Tosi en consultant.

Laurence Boccolini (gênée): Je suis désolée, je ne connais aucune de ces personnes…

Gérald-Brice: On peut aussi prendre le thème Voyages… On pourrait parler des autres continents… de l’Afrique peut être. Vincent, tu connais bien l’Afrique, hein ?

Vincent (embarrassé): Euh…on va prendre sport. Sport, Laurence, pour nous!

Laurence Boccolini: Très bien. Alors, voici la question Sport pour 2 millions de téléspectateurs. Vous avez des droits TV à acheter pour des matchs de foot. Vous choisissez quoi ? Réponse A: La Premier League. Réponse B: La liga espagnole. Réponse C: la coupe de la ligue. Ou réponse D: le championnat de deuxième division.

Vincent: C’est évident.

Laurence Boccolini: C’est la première question, on commence facile, Vincent.

Vincent: Il suffit de prendre les matchs les moins chers.

Gérald-Brice: Et oui, on n’est pas cons, nous. Et les moins chers, ça tombe bien, ce sont les matchs français.

Laurence Boccolini: Oui mais Cristiano Ronaldo, Paul Pogba, Messi… Ils ne jouent pas en France… Vous voulez pas réfléchir un peu plus ?

Vincent: Réfléchir ? Pourquoi faire ? Moi je fais tout à l’instinct. C’est comme ça que j’ai construit mon empire. Allez Gibé, fais péter les billets.

Gérald-Brice: Allez on mise tout sur le foot français: la coupe de la ligue et la deuxième division.

Laurence Boccolini: Donc je résume: vous aviez deux millions de téléspectateurs et vous avez décidé de renoncer aux deux championnats qui attirent les meilleurs joueurs du monde pour tout miser sur la coupe de la ligue et la D2. C’est très audacieux comme choix.

Gérald-Brice: On ose tout, nous.

Laurence Boccolini: Oui, oui, et c’est à ça qu’on vous reconnait. Nous allons procéder à l’ouverture des trappes ! Voyons si vous avez fait les bons choix ! OUVREZ LES TRAPPES!

Les deux premières trappes s’ouvrent et entraînent une lourde chute des audiences. 

Laurence Boccolini (choquée): Waouh! Une seule décision et déjà une perte de 600 000 téléspectateurs: vous êtes IN-CROY-YABLES! On n’a jamais vu un tel départ dans le jeu.

Vincent: Avec nous, il va falloir vous y habituer. On gère pas comme les autres.

Laurence Boccolini: Mais il vous reste quand même 1,4 millions de téléspectateurs, pour affronter la deuxième question. Allez, concentrez-vous, c’est quand même pas si dur de faire de l’audience.

Vincent: On s’en fout de l’audience, on a pris les matchs les moins chers.

Laurence Boccolini: Je vous rappelle quand même, que dans ce jeu, il faut avant tout penser à l’audience.

Gérald-Brice: Ah merde. On aurait du venir avec Hanouna, y’a que lui qui sait faire de l’audience chez nous.

Laurence Boccolini: Allez, on passe à la deuxième question. Question sur Le Petit Journal. Yann Barthès vous annonce son départ, vous faites quoi ? Réponse A: Vous arrêtez Le Petit Journal. Réponse B: Vous faites tout pour retenir Yann Barthès. Réponse C: Vous recrutez de nouveaux journalistes. Réponse D: Vous confiez l’émission à Cyrille Eldin.

Gérald-Brice: Alors réponse A, c’est impossible. Si on arrête Le Petit Journal, ça fait un trou dans la grille. C’est bête comme proposition.

Vincent: Réponse B, c’est impossible aussi. Retenir Yann Barthès, ça coûterait de l’argent. Et je vais pas payer pour un mec qui passe son temps à traîner dans la boue mon petit Sarko.

Laurence Boccolini: Il vous reste donc deux choix: recruter de nouveaux journalistes ou faire avec Cyrille Eldin ?

Vincent: Cyrille Eldin, je l’aime bien ce mec. Et Sarko l’aime bien aussi.

Gérald-Brice: Tous les politiques l’aiment bien. Même Marine Le Pen rigole avec lui.

Vincent: Allez, on mise tout sur Cyrille Eldin.

Laurence Boccolini: Alors je résume la situation. Yann Barthès vous annonce son départ du Petit Journal, vous le laissez partir, vous ne recrutez personne pour le remplacer et vous misez tout sur Cyrille Eldin, qui fait la même chronique depuis 4 ans sur votre antenne sans jamais avoir essayé de se renouveler.

Vincent: Oui c’est notre dernier mot.

Gérald-Brice: On choisit la formule offensive !

Laurence Boccolini: Très bien. Nous allons procéder à l’ouverture des trappes… Il vous restait 1,4 millions de téléspectateurs… Vous faites une nouvelle fois un choix très risqué… OUVREZ LES TRAPPES !

Les trappes s’ouvrent et c’est une nouvelle chute d’audience pour Vincent et Gérald-Brice. 

Laurence Boccolini: Quelle Chute ! Il ne vous reste plus que 400 000 téléspectateurs.

Vincent: 400 000 !!! Youhou! Même à  l’époque de Direct 8, on a jamais eu autant de téléspectateurs.

Laurence Boccolini: On passe tout de suite à la troisième question. Pour relancer Le Grand Journal, l’émission qui doit financer l’ensemble de votre grille en clair, vous décidez?Réponse A: poursuivre avec Maitena Biraben. Réponse B: lancer Ali Baddou. Réponse C: Patrick Sébastien déguisé en Trump qui raconte des blagues et qui se fait entarter par un mexicain.

Vincent: C’est pas mal ça.

Laurence Boccolini: Ou réponse D: enlever le Zapping, les Guignols de l’info, mettre Victor Robert à l’animation et crypter une moitié de l’émission.

Gérald-Brice: Pas facile, dites donc !

Vincent: Faut procéder par élimination, moi je fais toujours comme ça. J’élimine et je garde ce qui reste.

Gérald-Brice: Alors on commence avec Maitena Biraben…

Vincent: Elle coûte cher, elle dégage.

Gérald-Brice: Ali Baddou ?

Vincent: C’est un gauchiste de France Inter, il dégage.

Gérald-Brice: Tu as raison mon Vincent.

Vincent: Patrick Sébastien, j’aime bien mais ça serait plutôt pour C8.

Laurence Boccolini (étonnée): Vous n’allez quand même pas relancer le grand journal en cryptant la première partie et en mettant Victor Robert à l’animation ?

Vincent: Bé pourquoi pas ? Ce serait pas une bonne idée mon Gibé ?

Gérald-Brice: Ah mais si, c’est du génie même. Les gens vont être trop frustrés d’avoir raté le début de l’émission en crypté et vont s’abonner par millier pour pouvoir voir les interviews de Victor Robert.

Vincent: Mais oui, c’est ça, la stratégie gagnante. Dès que c’est bien, faut crypter pour que les gens aient envie de s’abonner.

Gérald-Brice: Oui, on va tout crypter à moitié: le Grand Journal, les Guignols, le Tube. On est des génies, mon Vincent.

Vincent: Allez, on mise tout sur la réponse D.

Laurence Boccolini: Vous aviez 2 millions de téléspectateurs au début de l’émission, il vous en reste déjà plus que 400 000. Mais vous continuez votre stratégie audacieuce. Ouvrons les trappes pour voir ce qu’il va vous rester.

Les trappes s’ouvrent, les 3/4 des téléspectateurs disparaissent. 

Laurence Boccolini: Je vais faire un point pour nos amis téléspectateurs. Vous êtes arrivés, vous aviez une des chaînes les plus puissantes du PAF. En 3 décisions, vous avez fait perdre 95% du public de votre chaîne, pour vous retrouver au niveau de NRJ12.

Vincent: Hihi, je crois qu’on a fait n’importe quoi (rires). On peut recommencer la partie avec une autre chaîne télé ?

Gérald-Brice: Oui, avec une chaîne info par exemple. Ca doit pas être possible de se planter avec une chaîne info.

Laurence Boccolini: Les garçons, on se retrouve après la pub pour voir jusqu’où vous pouvez aller. Seront-ils capables de faire pire que Numéro 23 ? Vous le saurez en regardant la suite de « Télé Drop »…