Hondelatte de dos, pointe du doigt la photo du coupable et commence son récit.

Anthony Dupray. Ce nom ne vous dit peut être rien mais cet homme a été au coeur d’une des plus grandes escroqueries du PAF. Une histoire montée de toutes pièces pour tromper des millions d’enfants.

Nous sommes en 1993, à la Plaine Saint-Denis, lieu du crime. C’est le territoire de Jean-Luc Azoulay, surnommé l’alchimiste du PAF, lui qui a su transformer du plomb en or. Ses crimes ? Des dizaines de sitcoms produits, des centaines de titres musicaux composés à partir de boîtes à rythme et des heures de programme à destination des enfants, jugés abrutissants par de nombreuses personnalités politiques.

Son credo, c’est de faire tourner des mauvais comédiens dans des séries mauvaises pour que les téléspectateurs puissent s’y identifier et être convaincus qu’eux mêmes pourraient y parvenir. Il fait de même dans le milieu musical en faisant chanter n’importe qui, parvenant ainsi à placer les Musclés, Christophe Rippert ou encore Hélène Rollès dans le Top50. La merguez party est peut être le hold-up dont il est le plus fier: un titre festif au double sens qu’il aimait si bien distiller dans les dialogues de ses sitcoms.

En 1993, Jean-Luc Azoulay est à la recherche d’un nouveau gros coup. Après avoir propulsé Dorothée puis Hélène au rang de star des enfants, il veut faire une nouvelle vedette. Pour ce faire, il fait appel à Ariane, la crécelle. Ariane n’est pas une novice. Elle seconde Dorothée depuis des années sur le Club Dorothée, elle est bien introduite dans le milieu. Si bien qu’elle a eu des enfants avec Rémy, le bassiste des Musclés.

Depuis quelques temps, elle sollicite régulièrement Jean-Luc Azoulay pour faire des affaires en solo: l’écriture d’un sitcom ou de chansons. Ce dernier la charge alors d’une mission: trouver un comédien pour jouer dans la plus grande success-story écrite par AB. L’histoire d’un fan qui écrirait une chanson d’amour à Hélène, qui viendrait la chanter au Jacky Show et rencontrerait un succès incroyable.

Pour sa recherche, Ariane ne va pas chercher trop loin. Elle arpente les studios de tournage d’AB et repère un figurant sur le tournage du « Miel et les abeilles ». Le jeune homme a 19 ans, s’appelle Christophe Dupray et il enchaîne les castings en tant que comédien. Sa belle gueule séduit la crécelle, qui lui expose le plan de carrière fomenté par Jean-Luc Azoulay et elle-même.

duprau.png

Christophe Dupray est plutôt emballé par le projet mais n’est pas sûr de pouvoir bien jouer ce rôle étant donné qu’il ne sait pas chanter. Ariane est plutôt amusé de cet aveu et lui explique que ce n’est pas un problème insurmontable. Pour elle, le problème est plutôt dans son prénom. Il y a déjà un Christophe qui vend des disques au sein du groupe, il va devoir changer de nom et après vérification sur le listing de l’ensemble des comédiens et chanteurs des sitcoms, le choix s’arrête sur « Anthony ».

Pendant quelques semaines, Anthony Dupray doit se faire à son nouveau prénom, apprendre quelques notions de chant et surtout connaître sur le bout des doigts l’histoire écrite pour lui. Ce ne sont pas les journalistes du « Dorothée Magazine » qui iront l’emmerder avec des questions embarrassantes mais si jamais on lui pose des questions, c’est important qu’il sache ce qui a été décidé pour lui.

Pour lancer sa carrière, Jean-Luc et Ariane mettent au point un plan média sur mesure. Anthony Dupray n’étant pas encore à l’aise pour affronter les caméras et mentir devant des millions d’enfant, c’est Ariane qui se charge de raconter son histoire au Club Dorothée. Une histoire très touchante d’un fan d’Hélène et les garçons, qui est tombée amoureux de l’héroïne du sitcom en regardant sa télé et qui a voulu lui écrire une chanson pour lui signifier son amour. N’étant pas compositeur, il a repris une chanson d’Hélène en se contentant de modifier les paroles. La cassette a été envoyée à AB avec une photo et Ariane est tombée par hasard dessus.

[Changement de plan caméra. Travelling, au comptoir du bar de Faites entrer l’accusé. Dominique Rizet s’accoude au zinc en sirotant son Panaché]

CH: Dominique, parlez nous de ce groupe AB.

DR: Mon cher Christophe, AB. C’est deux lettres sont en fait les initiales des deux plus grands producteurs des années 90: A pour Azoulay et B pour Berda. A très bas coût, ils produisaient tous les deux de véritables cash machines. A l’époque, leurs émissions et leurs séries étaient les plus efficace sur cibles. Ca cartonnait sur les jeunes mais aussi sur les fameuses ménagères de moins de 50 ans.

CH: Mais pourquoi ce besoin de fabriquer une star ?

DR: C’est très simple Christophe. En télé, les gens regardent si ils s’identifient à ce qu’ils voient à la télé. Jean-Luc Azoulay avait déjà fabriqué beaucoup de stars mais il n’était jamais allé aussi loin dans le story-telling. Là, avec Anthony Dupray, il va faire croire à ses millions de téléspectateurs qu’ils peuvent tous connaître le succès grâce à AB Production.

CH: Concrètement, comment ont-ils procédé ?

DR: Comme vous l’avez déjà raconté, c’est Ariane la crécelle qui était à la manœuvre. Mais pour parvenir à ses fins, elle a bénéficié du soutien de toute son équipe: Corbier le barbu, Jacky le fou, Patrick le pragmatique et bien sûr de Dorothée. Une fois que l’histoire était mise sur pied, il fallait la vendre aux téléspectateurs et elle a fait ça un mercredi matin au Club Dorothée.

CH: Elle a fait venir Anthony Dupray ?

DR: Non, lui c’est un second couteau. Il était incapable de mentir devant des millions de téléspectateurs. La crécelle s’est chargé de tout. Elle a raconté l’histoire de la cassette soit disant envoyée par Anthony, sur laquelle elle serait tombée par hasard et qu’elle aurait écouté avec Dorothée. Et là, c’est la révélation: touchées par autant de talent, les deux décident de donner un coup de pouce à ce jeune artiste en lui faisant enregistrer son titre.

CH: Comment ont-ils fait pour assurer la promotion de cet album ?

DR: Le groupe AB était très bien organisé pour ça. Pour faire la promo des chanteurs produits à la chaîne, ils pouvaient compter sur le Jacky Show, une vraie lessiveuse cette émission. Chaque samedi matin, les chanteurs maisons venaient faire la promo de leur nouveau titre et l’animateur assurait le service après-vente.

CH: Merci Dominique pour toutes ces précisions.

 

Voilà comment un producteur a réussi une des plus grandes escroqueries du PAF en créant de toutes pièces un conte de fées pour fidéliser son public devant ses émissions. L’album d’Anthony Dupray a été vendu à des centaines de milliers d’exemplaires, le jeune homme a été intégré à la série « Premiers baisers » pour laquelle il a tourné des centaines d’épisodes. Il participera aussi aux tournées d’Hélène, enchainant ainsi les zénith de France.

Puis en 1997, c’est la chute de l’empire AB, avec la fin du contrat liant le groupe à TF1. Anthony Dupray va connaître une petite traversée du désert mais va toujours bénéficier du soutien de jean-Luc Azoulay pour pouvoir continuer sa carrière de comédien.

Si cette histoire vous a intéressé, vous pouvez la retrouver avec un peu plus de détails sur le site des sitcomologues.

http://sitcomologie.net/2009/04/24/prendre-la-route-avec-anthony-dupray/

Bonsoir

[Hondelatte se lève, enfile son blouson, éteint la lumière, remet son col et quitte son QG. générique de fin]

hond