Depuis une semaine, Charles Decant reçoit les candidats à la succession de Julien Bellver, parti rejoindre l’équipe de Yann Barthès sur TMC. Le Whoo vous a fait vivre ces entretiens d’embauche de l’intérieur, c’est maintenant son tour de passer « sur le gril » des questions du rédacteur en chef de Puremédias.

(article hautement parodique)

Charles Decant: Faites moi entrer le prochain candidat!

Le Whoo : Euh… Bonjour monsieur Decant ?

CD : Entrez, entrez. (Regardant ses fiches) Vous êtes monsieur le Whoo, c'est ça ? Ah oui, ah d'accord… Tout s'explique…

LW : Comment ça, tout s'explique ?

CD : Non mais… A la rédaction, on se demandait pourquoi vous conservez votre anonymat comme le Zappeur fou, alors que tout le monde connaît votre identité. Mais quand on vous voit, on comprend mieux…

LW : La comparaison avec le Zappeur Fou est flatteuse…

CD : Oui enfin, maintenant qu'on vous a vu, je pense qu’on vous appellera plutôt le best man du 33 (rires)

LW : Hein ? Mais pourquoi ?

CD : Si on regarde bien, vous vous ressemblez pas mal. Votre passion pour les médias semble se limiter à Touche pas à mon poste, vous vous prenez pour des journalistes sur les réseaux sociaux et surtout, vous dépassez tous les deux le quintal sur la balance.

LW : Mais je pèse pas 100 kilos, c’est quoi cette connerie ?

CD : Je vous ferai la délicatesse de ne pas vous faire monter sur la balance mais on doit pas en être très loin… Bref, passons à autre chose. Alors vous candidatez pour rejoindre Puremédias. Vous avez quelle expérience dans le journalisme ?

LW : Je sais pas si vous savez mais je tiens un blog où j’écris un peu sur les médias…

CD : On parlera de vos hobbies plus tard, si vous le voulez bien. Pour l'instant, je veux connaître votre bagage professionnel. Vous avez fait une école de journalisme, par exemple ?

LW : J’ai fait des études de sociologie. Niveau méthode d’enquête, ça se rapproche un peu du journalisme, non ? Quoi, c'est aussi bancal.

CD : Vous avez une drôle de vision du journalisme, vous.

LW : Faut dire que je lis beaucoup de sites médias, ça n'aide pas.

CD : Tiens justement, ça m’intéresse votre regard sur la concurrence. Vous pensez quoi d’un site comme Toutelatélé ?

LW : Putaclic.

CD : Téléstar ?

LW: Putaclic.

CD: TéléLoisirs ?

LW: Putaclic.

CD: Morandini ?

LW: Putaclic du putaclic. Le roi du Putaclic. Au dessus de lui, c’est le soleil.

CD : Et Puremédias ?

LW : Je candidate pour vous rejoindre, je ne vais pas vous critiquer.

CD : Non mais allez-y, de toute façon, on ne vous prendra pas.

LW : Bé Puremédias, c'est pas Putaclic quand même. Y’a juste votre article audiences qui est devenu imbuvable avec tous ces classements à la con.

CD : Ah c’était mon idée ça.

LW : Désolé.

CD : Non, mais y’a pas de mal. Vous n’êtes pas le premier à me le dire.

LW : C’est vrai que c’était vraiment pourri comme idée.

CD : J’ai bien compris… Mais revenons sur votre parcours (il prend le CV sous ses yeux). Vous n’avez pas fait d’école de journalisme, vous n’avez d’ailleurs pas suivi une filière littéraire au lycée. Vous n’avez jamais travaillé de près ou de loin dans le journalisme, vous n’avez même jamais mis un pied dans une rédaction et vous candidatez pour rejoindre Puremédias.

LW : Voilà, c’est ça. Je choisis la formule offensive !

CD: Pardon ?

LW: Non, mais c'est parce que ça me fait penser à une scène de Podium, le film avec Poolvoerde. J'aime bien l'humour…

CD: Oui, peut être… Bon écoutez, vous n'avez pas du tout le profil recherché, votre manque d'expérience est un problème. Et des boulets, j’en ai déjà bien assez dans la rédaction.

LW : Ca veut dire que vous n’allez pas m’engager ?

CD : C’est exactement ça.

LW : Ca m’arrange pas trop. Je comptais sur ce boulot pour payer mes frais d’avocat pour le procès que m’a intenté Morandini. Je pensais que chez Puremédias, vous seriez sensible à ça et que vous accepteriez de m’aider pour ma défense.

CD : Encore une fois, vous vous trompiez. Morandini, c’est Bellver qui ne l’aimait pas. Nous, on en a rien à foutre.

LW : Vous pouvez au moins me prendre à l’essai ? Ou en stage d’observation ?

CD : Ni à l’essai, ni en stage, ni rien du tout. Et merci aussi d’arrêter de harceler mes équipes par messagerie, ils s’en foutent de votre avis sur la télé, de savoir si vous avez aimé Demain nous appartient ou pas. Écrivez le sur votre blog de merde et arrêtez de nous faire chier.

LW : Vous devriez pas me traiter comme ça. Je vais monter un site concurrent et je vais vous écraser.

CD : Oui, vas-y, monte un site concurrent. Tu écriras encore que le bigdil va revenir… Tocard !

LW : Mais je vous dis que mes sources étaient bétons. Vous verrez que j’avais raison… quoi j’espère…

CD : Ecoute, je vais être sympa, je vais te donner un conseil et après tu me laisses tranquille. Si tu veux bosser dans les médias, je ne vois qu'un site pour toi: stephanelarue.com . Là-bas, t'as toutes tes chances. Allez, et maintenant, ça dégage.

 

Voilà, cet entretien fut l'enterrement de mon rêve de bosser un jour dans les médias et c'est aussi la fin de cette série de l'été.

N'hésitez pas à retrouver sur le site les entretiens des différents candidats:

  • Kévin Vatant (EP01)
  • Clément Garin (EP02)
  • Stéphane Larue (EP03)
  • The Best Man (EP04)
  • Jean-Christian Ranu (EP05)
  • Rachel Bourlier (EP06)
  • Le Zappeur Fou (EP07)