Hier, TPMP a dévoilé son logo pour la prochaine saison. Un logo qui a divisé les fans de l’émission, au point que Cyril Hanouna le critique lui-même sur Twitter. Pour en savoir plus, nous avons soumis ce logo à Kévin Chétochine, sémiologue réputé du PAF, fils de.

Le Whoo: Alors Kévin Chétochine, vous êtes un spécialiste en décryptage graphique. Qu’est ce que ce logo vous évoque ?

Kévin Chétochine: Ce logo est très, très bavard. Il nous raconte une histoire. A travers lui, on voit toutes les ambitions de TPMP pour cette saison décisive.

LW: Vous vous foutez de ma gueule ?

KC: Non, non, pas du tout.La première chose qui me frappe, c’est la typologie choisie. On est très proche de celui de Nulle Part Ailleurs, l’access historique de Canal+. La direction du groupe court après cette vieille gloire et aimerait bien retourner le bad buzz qu’elle se traine depuis la reprise par Bolloré.

LW: Et ça fait quoi de reprendre la typo de Nulle Part Ailleurs ?

KC: C’est symptomatique. Ce sont des sortes de coucous ces gens-là. Ils s’approprient le nid de quelqu’un d’autre et s’y installent carrément. Mais ça ne concerne pas que le logo. C’est pareil au niveau des locaux: cette année, TPMP récupère l’ancien studio du Grand Journal, l’access qu’ils ont anéanti en trois saisons.

Logo_Nulle_part_ailleurs

LW: Vous voyez d’autres choses dans ce logo ?

KC: Oui, il y a la couleur et cette dominance de violet. Le violet, c’est pas anodin, c’est la couleur de France4. La chaîne sur laquelle le programme a commencé. En faisant ce choix, l’équipe de Cyril Hanouna essaie de séduire les fidèles du début, donner envie à ceux qui n’arrêtent pas de se plaindre sur les réseaux sociaux avec ce fameux « c’était mieux avant », de revenir regarder l’émission. Depuis 2 mois, toute la communication est axée là dessus d’ailleurs: un retour aux sources, avec une plus grande place consacrée au traitement des médias.

LW: Mais il n’y a pas que du violet. Ce liseré jaune, vous avez une explication aussi ?

KC: Bien sûr, j’ai une explication pour tout. C’est mon métier, vous savez ? Le jaune, c’est facile. C’est la ligne jaune qui a été franchie l’an dernier. Le canular homophobe, le sexisme exacerbé, le faux meurtre, tout y est. Ils se savent surveillés par le CSA et ils ont voulu le signifier dans leur logo.

LW: C’est impressionnant toutes les conneries que vous pouvez sortir… euh tout ce que vous voyez à travers ce logo.

KC: Mais ce n’est pas fini. Regardez ces 4 carrés, ce sont les 4 écrans sur lesquels les téléspectateurs suivent le programme. TPMP est une émission qui cartonne chez les jeunes et c’est une des émissions qui fonctionnent le mieux en replay. C’est vraiment bien vu de la part des graphistes. D’ailleurs, il y aura un rappel de ces cubes dans le design du plateau. On voit vraiment que le logo a été très réfléchi pour coller à la nouvelle ligne éditoriale du programme.

LW: Ah je viens de recevoir un push me notifiant que ce ne sera finalement pas le logo de l’émission. Il a été jugé trop pourri par les twittos…

KC (dépité): Ecoutez, allez vous faire foutre (rires)